Le meurtre de Georges Floyd il y a un an et les protestations qui ont suivi ont conduit les chefs d’entreprises américains à s’engager ; ils ont promis de lutter contre le racisme et de favoriser le recrutement et la proportion d’employés noirs ou issus d’autres minorités. De plus en plus de firmes consacrent un budget conséquent à ces engagements en liant la rémunération de leurs dirigeants à des mesures précises dans le domaine de la diversité. S’y ajoutent des avantages boursiers puisque certains investisseurs institutionnels mettent en avant la diversité de la main d’œuvre pour fixer les montants à investir dans les entreprises ; et ceci ne concerne pas l’investissement « socialement responsable. » Nike en est un exemple ; d’ici 2025,45% des postes de directions au niveau mondial seront occupés par des femmes et au moins 30% des dirigeants américains seront issus de minorités ethniques. Voir dans ces propos le côté « vertueux « de l’appât du gain et de la reconnaissance des ethnies, le tout dans l’expansion retrouvée des entreprises ne serait que pure coïncidence…. Une once d’humour matinée d’ironie ne saurait nuire !

le neveu de Balzac