La fonction présidentielle est sans doute très ingrate et pas toujours gratifiante. Emmanuel Macron voulait et veut toujours "changer la vie des Français". Mais il faut gérer la crise sanitaire, toujours aussi sournoise avec une visibilité quasi nulle ; parfois des propos audacieux devraient être mis entre parenthèses, "toute la France sera vaccinée en juillet". 2022 arrive vite ; il est inenvisageable que le président ne se représente pas. A la sortie de crises, nombre de gouvernants furent remerciés ; souvenons-nous du grand Churchill. Alors, le pouvoir fait du Président un homme seul ; "quoi qu’il en coûte", il est le dernier à trancher. Difficile d’assumer, tel le Moise d’Alfred de Vigny "Seigneur, vous m’avez fait puissant et solitaire….."

le neveu de Balzac