Mon instituteur de Cm1 n’aimait pas Napoléon, "un sauvage" … J’avoue mon vif intérêt devant l’enfant d’Ajaccio qui avait du génie, bousculait dix idées à la seconde, aussi talentueux sur un champ de bataille qu’à penser notre administration, notre territoire et faire entrer la France dans le monde moderne ; les préfets, les départements, les lycées, le baccalauréat, St Cyr, Polytechnique, le code civil, c’est lui ! Cet excessif à l’immense talent s’est laissé emporter par son orgueil démesuré qui l’a conduit à sa perte. Waterloo fut sa dernière bataille ; il espérait Grouchy, ce fut Bluscher … Mais il nous faut garder en mémoire qu’il rétabli l’esclavage et il est impossible d’occulter cette erreur devant l’Histoire. Il a inspiré , inspire ; et inspirera nombre d’historiens passionnés par les multiples facettes de l’illustre personnage ; et je ne vous évoque pas l’admiration de Victor Hugo à son égard. Il nous quittait il y a deux cent ans ; il reste dans nos mémoires un génie malgré ses failles ; il bouscule notre imaginaire et ne laisse personne indiffèrent . Qu’il soit remercié….

le neveu de Balzac

Leave a Reply