servicimmo.fr
Pinon climatisation bâtiment
Bulls Market Group
Bulls Market Group
Bulls Market Group

être informé(e)

Me tenir informé(e) des derniers articles publiés :

 

En renseignant votre prénom et votre adresse email, vous acceptez de recevoir une notification de nos derniers articles publiés par courrier électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinscription ou en nous contactant.

Loading

Les derniers articles

Les brèves

Discrédit des partis traditionnels, montée des mouvements populistes, révoltes sociales, tout indique que la légitimité des régimes démocratiques est vacillante. Le divorce est sans doute acquis entre le capitalisme financier et la démocratie. Difficile de croire à la vertu des urnes quand nous savons que les investisseurs, quels qu’ils soient, fonds de pension en particulier, sont capables de mettre au pilori les choix formulés par les citoyens, choix légitimes par essence. Déjà, sous l’Ancien Régime, les financiers, auprès du peuple, n’avaient pas »bonne presse ». C’est pour les gouvernants un examen de conscience, un défi sociétal qui peut conduire ceux qui nous gouvernent à leur perte. Nous savons que l’économie analyse la façon dont les individus utilisent les ressources, rares, en vue de satisfaire au mieux leurs besoins, et ce qui est rare s’épuise… Alors, comme dans l’Ancien Régime, osons sonner le tocsin.

le neveu de Balzac

Dans ce monde qui est fou, face aux situations de crise où la vie de l’humain se réduit à l’essentiel, en ce temps de pandémie, le système de santé est une valeur refuge. Il est refuge par son souci de la fragilité et son refus de l’indifférence. C’est un rempart qui ne cesse de construire ,avec son savoir et sa pratique ,une sollicitude du vulnérable. Sa culture dérange car elle s’intéresse à tout ce qui se trouve dans le champ délaissé du regard de nos contemporains ; la solidarité est à la fois son moteur et son continuel positionnement. Le système de santé n’existe qu’à travers les personnes qui l’incarnent, nos soignants avec leur courage, leurs compétences, leur modestie, leur sens de l’humain. En ce temps de doute, ce témoignage des risques pris au service des autres force le respect.

le neveu de Balzac

Cette citation de Miguel de Cervantès, nous donne à réfléchir sur le "temps" ; celui qu’il fait ou celui qui passe ? Attardons nous, un peu, sur ce dernier. Drôle de mot que le temps ; en ce temps de crise, dans un monde où un virus se déplace presque aussi vite que les informations sur la toile, il est difficile à appréhender. Faut-il le tuer et sombrer dans l’ennui ? Faut-il le prendre quand tout s’accélère ? Faut-il l’avoir quand il nous échappe ? Faut-il le défier, nous qui ne sommes que de pauvres mortels ? Faut-il croire qu’il est bon, quand tout s’ingénie à nous prouver le contraire ? Et tout se complique....car le temps qui passe n’est pas toujours un passe temps ! Alors, puisque nous ne sommes pas les maîtres de ce temps qui fuit, essayons de faire de temps en temps l’éloge de la lenteur. Mais ceci est une histoire d’un autre temps.

le neveu de Balzac

À quel moment avons-nous laissé faire ? A quel moment avons-nous cédé le contrôle de ce que nous voyons, lisons et même pensons aux plus grandes sociétés des réseaux sociaux ? Sans doute en 2016 où Twitter et Instagram ont rejoint Facebook et YouTube dans le tout algorithmique, dirigé par des robots programmés pour fixer le plus longtemps possible notre attention ; ces plates-formes ont pu promouvoir ce que nous aurions peut-être recherché, partagé, voire apprécié. Mais, mais...…en occultant tout le reste! Vous me direz que ce n’est pas très grave, vous n’y avez peut-être pas pensé du tout. Vous, moi, nous les avons laissé faire, les autorisant à accentuer la portée de tout ce qui est incendiaire - les attaques, la désinformation, les théories du complot ; le pire scénario n’est plus une hypothèse ; on nous montre ce qui nous attire le plus ; nous finissons par avoir une appréhension fausse de la réalité. Alors, il ne nous reste plus qu’à envahir le Capitole ! Mais revenons à cette évidence : les humains qui dirigent ces plateformes ont toujours et encore le dernier mot sur ce qui apparaît et n’apparaît pas. Ultime parade, nous pouvons toujours refuser d’utiliser les réseaux sociaux… Le danger est grand, la menace est lourde. Il n’y pas que la pandémie . Vigilance !!!

le neveu de Balzac

La fonction présidentielle est sans doute très ingrate et pas toujours gratifiante. Emmanuel Macron voulait et veut toujours "changer la vie des Français". Mais il faut gérer la crise sanitaire, toujours aussi sournoise avec une visibilité quasi nulle ; parfois des propos audacieux devraient être mis entre parenthèses, "toute la France sera vaccinée en juillet". 2022 arrive vite ; il est inenvisageable que le président ne se représente pas. A la sortie de crises, nombre de gouvernants furent remerciés ; souvenons-nous du grand Churchill. Alors, le pouvoir fait du Président un homme seul ; "quoi qu’il en coûte", il est le dernier à trancher. Difficile d’assumer, tel le Moise d’Alfred de Vigny "Seigneur, vous m’avez fait puissant et solitaire….."

le neveu de Balzac

En ces temps fort tristes, il parait que nombre d’innovations devraient changer notre vie en 2021. Bientôt, nous aurons Hollywood à la maison, marchant ainsi sur les traces de Netflix.....plus par nécessité que par choix. Apple met au point des lunettes intelligentes ; les lunettes de "réalité assistée" projetteront du texte, des images, voire des vidéos dans le champ de vision de la personne qui les porte. Les consultations médicales connaissent une mutation ; les vidéos interactives et les messageries "explosent" pour réduire au minimum les contacts avec les malades du Coronavirus. Et j’en passe ! Bref, pandémie à part, nous allons être encore plus assistés. Plus heureux, certes pas ; le bonheur est ailleurs ! Surtout, ne pas oublier Brassens : "auprès de mon arbre, je vivais heureux" .

le neveu de Balzac

Oublier un peu l’actualité immédiate qui envahit notre quotidien ? Oublier les incertitudes du lendemain ? Se déconfiner l’esprit ? Ne plus suivre les événements en temps réel ? Croire un peu en un avenir plus serein ? Croire dur comme fer à la liberté de penser, d’agir… à défaut d’avoir le liberté de mouvement ? Oser espérer, respirer, entreprendre ? Pourquoi pas !

le neveu de Balzac

Cette devise "E pluribus unum" que l'on retrouve sur l'emblème des Etats Unis, sur la monnaie du pays, et sur la fresque de l'apothéose de George Washington au plafond de la rotonde du Capitole. Consternants les événements qui se sont passés au Capitole hier ; le bastion de la démocratie américaine a été bafoué. Il est temps de tourner la page Trump et de laisser cet homme au Moi incommensurable en dehors de toute décision politique. Il est temps de revenir aux valeurs de tolérance et de liberté. Il est ainsi urgent de se rendre compte que populisme et démocratie ne peuvent cohabiter ; le premier gagne du terrain en stigmatisant les insatisfactions personnelles et en les transformant en action de masse ; la deuxième en perd en oubliant un peu trop que c’est le peuple qui vote. Trump n’a pas été élu sur un coup de dés…. En confondant tous les genres, la Démocratie risque de vaciller.

le neveu de Balzac

Ce matin, pendant ma sacro-sainte promenade, j’ai rencontré Jean de la Fontaine ; il y a belle lurette que nous n'avions pas conversé ; il me fit part d’une grande inquiétude ; sa fable , "le lièvre et la tortue" envahissait les médias et il pensait, d’urgence, en changer le titre... Il proposait: La tortue qui se prenait pour le lièvre. Imaginaire, certes, mais tellement proche de la réalité ! La lourdeur logistique inquiétante dans la mise en route de la vaccination, les ordres et les contre ordres discréditent les gouvernants et pénalisent dangereusement les patients. Nos seules armes face à la pandémie sont les mesures de distanciation et la vaccination. Ne les négligeons pas, Actons et vite !

le neveu de Balzac

Rumeur….. le vaccin contre le la Covid serait efficace… Rumeur.....nos compatriotes, fidèles à eux-mêmes, seraient au minimum sceptiques, au pire farouchement opposés ; vacciner n’est pas français….!!! Rumeur.....nos chaînes d’information nous abreuvent de débats poussifs, inutiles… Rumeur… certains soignants ont confondu service à l’hôpital et studios de télévision… Rumeur.....nous allons être reconfinés, les chiffres sont inquiétants… Rumeur.....nos politiques se font discrets; ils s’attendent au pire….. Certitude : celle ou celui qui mettra au point le vaccin contre la bêtise humaine recevra le Nobel des prix Nobel…!

le neveu de Balzac

Les derniers articles

Les brèves

Discrédit des partis traditionnels, montée des mouvements populistes, révoltes sociales, tout indique que la légitimité des régimes démocratiques est vacillante. Le divorce est sans doute acquis entre le capitalisme financier et la démocratie. Difficile de croire à la vertu des urnes quand nous savons que les investisseurs, quels qu’ils soient, fonds de pension en particulier, sont capables de mettre au pilori les choix formulés par les citoyens, choix légitimes par essence. Déjà, sous l’Ancien Régime, les financiers, auprès du peuple, n’avaient pas »bonne presse ». C’est pour les gouvernants un examen de conscience, un défi sociétal qui peut conduire ceux qui nous gouvernent à leur perte. Nous savons que l’économie analyse la façon dont les individus utilisent les ressources, rares, en vue de satisfaire au mieux leurs besoins, et ce qui est rare s’épuise… Alors, comme dans l’Ancien Régime, osons sonner le tocsin.

le neveu de Balzac

Dans ce monde qui est fou, face aux situations de crise où la vie de l’humain se réduit à l’essentiel, en ce temps de pandémie, le système de santé est une valeur refuge. Il est refuge par son souci de la fragilité et son refus de l’indifférence. C’est un rempart qui ne cesse de construire ,avec son savoir et sa pratique ,une sollicitude du vulnérable. Sa culture dérange car elle s’intéresse à tout ce qui se trouve dans le champ délaissé du regard de nos contemporains ; la solidarité est à la fois son moteur et son continuel positionnement. Le système de santé n’existe qu’à travers les personnes qui l’incarnent, nos soignants avec leur courage, leurs compétences, leur modestie, leur sens de l’humain. En ce temps de doute, ce témoignage des risques pris au service des autres force le respect.

le neveu de Balzac

Cette citation de Miguel de Cervantès, nous donne à réfléchir sur le "temps" ; celui qu’il fait ou celui qui passe ? Attardons nous, un peu, sur ce dernier. Drôle de mot que le temps ; en ce temps de crise, dans un monde où un virus se déplace presque aussi vite que les informations sur la toile, il est difficile à appréhender. Faut-il le tuer et sombrer dans l’ennui ? Faut-il le prendre quand tout s’accélère ? Faut-il l’avoir quand il nous échappe ? Faut-il le défier, nous qui ne sommes que de pauvres mortels ? Faut-il croire qu’il est bon, quand tout s’ingénie à nous prouver le contraire ? Et tout se complique....car le temps qui passe n’est pas toujours un passe temps ! Alors, puisque nous ne sommes pas les maîtres de ce temps qui fuit, essayons de faire de temps en temps l’éloge de la lenteur. Mais ceci est une histoire d’un autre temps.

le neveu de Balzac

À quel moment avons-nous laissé faire ? A quel moment avons-nous cédé le contrôle de ce que nous voyons, lisons et même pensons aux plus grandes sociétés des réseaux sociaux ? Sans doute en 2016 où Twitter et Instagram ont rejoint Facebook et YouTube dans le tout algorithmique, dirigé par des robots programmés pour fixer le plus longtemps possible notre attention ; ces plates-formes ont pu promouvoir ce que nous aurions peut-être recherché, partagé, voire apprécié. Mais, mais...…en occultant tout le reste! Vous me direz que ce n’est pas très grave, vous n’y avez peut-être pas pensé du tout. Vous, moi, nous les avons laissé faire, les autorisant à accentuer la portée de tout ce qui est incendiaire - les attaques, la désinformation, les théories du complot ; le pire scénario n’est plus une hypothèse ; on nous montre ce qui nous attire le plus ; nous finissons par avoir une appréhension fausse de la réalité. Alors, il ne nous reste plus qu’à envahir le Capitole ! Mais revenons à cette évidence : les humains qui dirigent ces plateformes ont toujours et encore le dernier mot sur ce qui apparaît et n’apparaît pas. Ultime parade, nous pouvons toujours refuser d’utiliser les réseaux sociaux… Le danger est grand, la menace est lourde. Il n’y pas que la pandémie . Vigilance !!!

le neveu de Balzac

La fonction présidentielle est sans doute très ingrate et pas toujours gratifiante. Emmanuel Macron voulait et veut toujours "changer la vie des Français". Mais il faut gérer la crise sanitaire, toujours aussi sournoise avec une visibilité quasi nulle ; parfois des propos audacieux devraient être mis entre parenthèses, "toute la France sera vaccinée en juillet". 2022 arrive vite ; il est inenvisageable que le président ne se représente pas. A la sortie de crises, nombre de gouvernants furent remerciés ; souvenons-nous du grand Churchill. Alors, le pouvoir fait du Président un homme seul ; "quoi qu’il en coûte", il est le dernier à trancher. Difficile d’assumer, tel le Moise d’Alfred de Vigny "Seigneur, vous m’avez fait puissant et solitaire….."

le neveu de Balzac

En ces temps fort tristes, il parait que nombre d’innovations devraient changer notre vie en 2021. Bientôt, nous aurons Hollywood à la maison, marchant ainsi sur les traces de Netflix.....plus par nécessité que par choix. Apple met au point des lunettes intelligentes ; les lunettes de "réalité assistée" projetteront du texte, des images, voire des vidéos dans le champ de vision de la personne qui les porte. Les consultations médicales connaissent une mutation ; les vidéos interactives et les messageries "explosent" pour réduire au minimum les contacts avec les malades du Coronavirus. Et j’en passe ! Bref, pandémie à part, nous allons être encore plus assistés. Plus heureux, certes pas ; le bonheur est ailleurs ! Surtout, ne pas oublier Brassens : "auprès de mon arbre, je vivais heureux" .

le neveu de Balzac

Oublier un peu l’actualité immédiate qui envahit notre quotidien ? Oublier les incertitudes du lendemain ? Se déconfiner l’esprit ? Ne plus suivre les événements en temps réel ? Croire un peu en un avenir plus serein ? Croire dur comme fer à la liberté de penser, d’agir… à défaut d’avoir le liberté de mouvement ? Oser espérer, respirer, entreprendre ? Pourquoi pas !

le neveu de Balzac

Cette devise "E pluribus unum" que l'on retrouve sur l'emblème des Etats Unis, sur la monnaie du pays, et sur la fresque de l'apothéose de George Washington au plafond de la rotonde du Capitole. Consternants les événements qui se sont passés au Capitole hier ; le bastion de la démocratie américaine a été bafoué. Il est temps de tourner la page Trump et de laisser cet homme au Moi incommensurable en dehors de toute décision politique. Il est temps de revenir aux valeurs de tolérance et de liberté. Il est ainsi urgent de se rendre compte que populisme et démocratie ne peuvent cohabiter ; le premier gagne du terrain en stigmatisant les insatisfactions personnelles et en les transformant en action de masse ; la deuxième en perd en oubliant un peu trop que c’est le peuple qui vote. Trump n’a pas été élu sur un coup de dés…. En confondant tous les genres, la Démocratie risque de vaciller.

le neveu de Balzac

Ce matin, pendant ma sacro-sainte promenade, j’ai rencontré Jean de la Fontaine ; il y a belle lurette que nous n'avions pas conversé ; il me fit part d’une grande inquiétude ; sa fable , "le lièvre et la tortue" envahissait les médias et il pensait, d’urgence, en changer le titre... Il proposait: La tortue qui se prenait pour le lièvre. Imaginaire, certes, mais tellement proche de la réalité ! La lourdeur logistique inquiétante dans la mise en route de la vaccination, les ordres et les contre ordres discréditent les gouvernants et pénalisent dangereusement les patients. Nos seules armes face à la pandémie sont les mesures de distanciation et la vaccination. Ne les négligeons pas, Actons et vite !

le neveu de Balzac

Rumeur….. le vaccin contre le la Covid serait efficace… Rumeur.....nos compatriotes, fidèles à eux-mêmes, seraient au minimum sceptiques, au pire farouchement opposés ; vacciner n’est pas français….!!! Rumeur.....nos chaînes d’information nous abreuvent de débats poussifs, inutiles… Rumeur… certains soignants ont confondu service à l’hôpital et studios de télévision… Rumeur.....nous allons être reconfinés, les chiffres sont inquiétants… Rumeur.....nos politiques se font discrets; ils s’attendent au pire….. Certitude : celle ou celui qui mettra au point le vaccin contre la bêtise humaine recevra le Nobel des prix Nobel…!

le neveu de Balzac

être informé(e)

Me tenir informé(e) des derniers articles publiés :

 

En renseignant votre prénom et votre adresse email, vous acceptez de recevoir une notification de nos derniers articles publiés par courrier électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinscription ou en nous contactant.

Loading
servicimmo.fr
Pinon climatisation bâtiment
Bulls Market Group
Bulls Market Group
Bulls Market Group